Historique

Contexte

Historiquement, la population du centre de Bruxelles compte une part importante de pauvres et c’est toujours le cas aujourd’hui. Les défavorisés du pays tout entier viennent chercher de nouvelles opportunités à Bruxelles. Et les demandeurs d’asile, avec ou sans papiers, y sont également nombreux. La situation dans la capitale de l’Europe à tendance à s’aggraver et devient particulièrement alarmante :

  • la Région bruxelloise compte plus de 5 300 personnes sans abri ou mal logées[1],
  • 85 000 à 160 000 personnes ne disposeraient pas d’un titre de séjour[2],
  • 33% de la population bruxelloise vit avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté[3],
  • presqu’un enfant sur quatre grandit dans un menage sans revenus par le travail[3].

Le projet DoucheFLUX

Fin 2011, DoucheFLUX voit le jour dans le sillage d’une manifestation du Collectif MANIFESTEMENT pour et avec des SDF bruxellois·es. La préparation de l’événement donne lieu à l’observation d’une réalité insouçonnée et consternante :

  • Douches, salons-lavoir et consignes sont en nombre insuffisant. L’infrastructure existante est financièrement inabordable pour nombre de personnes en situation de grande pauvreté, ou leur accès est souvent assorti de conditions telles que de nombreuses personnes s’en trouvent exclues de fait.
  • Des activités valorisantes et dynamisantes dans lesquelles elles peuvent s’impliquer manquent.
  • Il n’existe pas un point central d’information actualisée et globale sur le secteur social à Bruxelles.

Avec son bâtiment récemment rénové à la rue des Vétérinaires à Anderlecht, DoucheFLUX mise sur un service optimal dans une infrastructure moderne, agréable, spacieuse, dynamisante et conviviale.

Le public cible s’étend bien au-delà des personnes vulnérables présentes dans le quartier de la gare du Midi dans lequel se trouve DoucheFLUX. En outre, DoucheFLUX se veut comme une association « bas seuil », c’est-à-dire dont les conditions d’accès sont limitées.

Enfin, le projet de DoucheFLUX a été pensé en parfaite complémentarité avec les différent·e·s acteur·trice·s bruxellois·es de la lutte contre la pauvreté. Il entend largement favoriser les partenariats avec les particulier·e·s et les organisations, tant du secteur social que d’autres secteurs.

Ligne du temps

  • 2009 : Prise de conscience
  • 2010 : Manifestation du Collectif MANIFESTEMENT pour et avec les SDF de Bruxelles
  • 2011 : Analyse de terrain et création de l’ASBL (statuts de l’ASBL), publication du livre-manifestation « Revendications de (pré-)SDF bruxellois » aux Editions Maelström
  • 2012 : Démarrage des activités
  • 2013 : Recherche de bâtiment, signature du compromis de vente du bâtiment
  • 2014 : Acte d’achat du bâtiment, obtention du permis d’urbanisme, création de la SCRL-FS ImmoFLUX, engagement d’une personne à temps plein.
  • 2015 : Début des travaux de rénovation.
  • 2017 : Ouverture officielle du bâtiment, lancement des services, engagement d’une équipe de salariés.
  • 2019 : Lancement de Survivinginbrussels.be
  • 2020 : Ouverture d’un Hébergement de transit dans une auberge/un hôtel suite à la pandémie du coronavirus

La naissance et le développement de DoucheFLUX est également relaté dans le documentaire Sous le ciel, la douche d’Effi & Amir (2018).

_______________________

[1] Selon le dénombrement des personnes sans abri et mal logées en Région de Bruxelles-Capitale le plus récent en 2020 (voir le rapport de Bruss’Help).

[2] Roberfroid D. & Dauvrin M. (2015), Quels soins de santé pour les personnes en séjour irrégulier ?, Centre Fédéral d’Expertise des Soins de Santé (télécharcher le pdf).

[2] Plus d’information dans le Baromètre social 2019.